Serrés comme des sardines.jpg

Enseignante en arts plastiques de formation, née aux Îles de la Madeleine, Myriam Leblanc s’inspire de l’art naïf et du schématisme libre et décomplexé des dessins d’enfants pour créer des œuvres colorées qui rendent hommage à sa communauté d’insulaires et à son territoire, aujourd’hui menacé de disparaître.

 

L’univers maritime s’ancrant au cœur de ses recherches, l’artiste joue à déformer le réel et à le simplifier à la manière d’un enfant qui ne connaîtrait pas les règles, utilisant principalement l’acrylique pour donner vie à ses souvenirs.

 

Si son travail prend racine dans le développement graphique des enfants, dans le non-respect des proportions et l’absence de point de fuite qui le caractérisent, il se développe autour de l’individualité de chacun des sujets mis en lumière, de ce qui les distingue ou les définit. Leblanc l’admet, ses peintures visent avant tout à susciter l’émerveillement, à recréer l’atmosphère des Îles, à faire en sorte que celui ou celle qui regarde la toile s’y sente comme en visite.

 

La nostalgie de la proximité, celle de l’eau et celle de la famille, nourrit son travail depuis près d’une dizaine d’années et se peaufine actuellement à travers son retour au baccalauréat en arts visuels et médiatiques, à l’Université Laval.

- Marilyne Busque-Dubois

- - -

Myriam Leblanc, a trained art teacher hailing from the Magdalen Islands, draws inspiration from the naive art and the free, uninhibited schematism of children's drawings to create colourful works celebrating her community and the archipelago, now in danger of eroding away.

 

Focussing her creative process around the maritime world, the artist primarily uses acrylics to bring her memories to life, playing with the real, reshaping and simplifying it the way children do before they learn the rules.  

 

Her work is rooted in the development of graphic abilities in children, characterized by a disregard for proportions and the absence of vanishing points; it further develops according to the individuality of the specific subjects to capture what truly defines them. Leblanc aims for her paintings to create a sense of wonder, to encapsulate the Magdalen Islands experience and to give anyone looking at the canvas the impression of stepping into the postcard.

 

The sweet longing for proximity—the proximity of the water, the proximity of family—has been driving her art for almost a decade. She is currently refining her practice with the continuation of her studies at Université Laval, where she is completing a bachelor's degree in visual and media arts.